Thursday, June 25, 2015

Eleonore Vauthier Chartier, French Midwife Accused of Murdering 1,500 Babies – 1906


Correct name: Eléonore Vauthier, veuve Chartier (maiden name Vautier, widow of Chartier).

***

FULL TEXT: London, December 26. – The fears of the Paris police that whole sale murdering of infants had been carried on in a maternity home in the city, to which their attention had been directed, have been realised to a shocking degree. In a sudden descent on the home the police found a stove, which had evidently been used for the ghastly work of consuming the bodies of murdered infants. A closer examination of the premises has now been made, and this has revealed evidence from which it is estimated that 1500 infants have been cremated in the home.

[“Paris Horror. - 1500 Infants Cremated.” Albury Banner and Wodonga Express (Albury, NSW, Australia), Dec. 28, 1906, p. 28]

***

FULL TEXT (Article 2 of 3): Paris Jan. 12 – A Paris maternity nurse and her servant have been arrested on a charge of having murdered more than 100 infants within the last twelve months. A second charge is that a score of women have died in her house as the result at illicit operations.

The bodies of the infants are believed to have been burned in a large stove and it is stated that medical man who was the woman’s accomplice will shortly be arrested.

The accused worsen lived in the neighborhood of the National Library and received into her home women on the eve of maternity. This had gone on for considerable time and the midwife had acquired a large clientele.

~ Discovered by Accident. ~

A short time ago M. Labat, the commissary of the Vivienne quarter a visit from a banker who complained of the loss of a jewel of great value and brought direct charge of stealing it against a woman who had suddenly broken off relations with him. The commissary ordered a search to be for the woman, and finally she was found in the house of the midwife. She was questioned and protested her innocence. What struck the police however absence of the infant to which she had just given birth and they remarked that, although there were in the house four woman lodgers in a state of convalescence, there was not a trace of a single child.

On the circumstances being reported to the commissary, he summoned the midwife to his office and interrogated her but to all his questions she opposed a obstinate silence. The commissary consequently sent inspectors to question people in the house, and it was ascertained that within a year more than 100 pensionnaires had been received, besides occasional visitors but that a child had never been seen in the house.

~ The Mystery Solved. ~

A search warrant was obtained tad in house were found instrument at drugs which corroborated the inferences drawn from the earlier inquiries. The mystery of the disappearance of the newborn infants remained unsolved until the commissary turned his attention to a large stove in the dining-room.  Examination of this led to the belief that the woman had been in the habit of cutting up the bodies and burning them. It would appear that more than 100 little bodies had thus been reduced to in this stove.

The midwife and her servant was taken into custody in spite of their obstinate denials. Further developments are certain and numerous other arrests are likely to be the consequence. Several women who availed themselves of services of the midwife are known will be followed up

[“Ogress Chops Infants Into Bits and Puts Them Into Stove - Discovered Accidentally - Paris Police on Track of a Missing Jewel Stumble Across Sensational Crime - Over One Hundred Children Said to Have Been Cremated in the Last Twelve Months.” The Washington Herald (D.C.), Jan. 13, 1907, p. 3]

***

FULL TEXT (Article 3 of 3): The Paris newspapers report a horrible discovery in a maternity house kept by a midwife near the National library. According to the Journal, the police commissary of the Vivienne quarter found a stove built into one of the walls of the establishment in which newly-born infants were cremated.

The Paris correspondent of the London “Times” of December 28 says:—

The particulars of the horrible crime which has just been discovered here recall. The old-time histories of the ogres who devoured little children. It is affirmed, indeed, that more than a thousand bodies of infants have been burned in a “salamandre” stove by one of those criminal midwives known here as les faisseuses d’angès [angel-makers]. The alleged facts are as follows :—

A bank clerk, Léon de Re, was suspected a short time ago of having embezzled a sum of 16,000 francs {£610}. But before being arrested he was watched by detectives. They discovered that he went almost daily to a house in the Rue Trqaetonne [sp. ?] to see a young girl whom he bad placed there with a midwife, Mme. Veuve Chartier. When, a few days later, the girl returned to De Re’s rooms and remained for sometime ill in bed, the police commissionary suspected that there had been some malpractice. On being questioned she confessed that see had undergone an operation for producing abortion. De Re and Mme. Chartier were arrested. They denied all collusion in criminal practices, bat the girl insisted, and her assertions were corroborated by those of Mme. Chartier’s maidservant. The latter told an extraordinary story. The product of the abortion was burned, according to her, in the salamandre” stove. It had had more than 150 predecessors during the past year. The “salamandre” was immediately placed under seals, together with the obstetric appurtenances discovered in the apartment. While the case of De Re’s mistress was being investigated, various other affairs of the same kind were discovered. The police got on the track of a woman agent for the midwife, and it is rumored that several doctors are implicated. This is the point reached thus far by the authorities in their investigation of the affair.

[“Alleged Murders of Newborn Infants.” The Western Star (Roma, Australia), Feb. 16, 1907, p. 4]

***

[New revised title of this UHoM post replaces: “Vivienne Midwife,” Serial Killer of 120 Children – 1906]

***

***

***


HEADLINE: La Faiseuse d’Anges de la rue Tiquetonne - Les Révélations de l’Enquête de M. le Commissaire Labat ont fait entrer, dans la Voie des Aveux, l’Avorteuse contre lequelle, d’autre part, des Témoignages accablants ont été recueillis.

FULL TEXT: Nous avons raconté, hier, dans quelles circonstances M. Labat, commissaire du quartier Vivienne, avait découvert une faiseuse d’anges, alors qu’il cherchait à établir la culpabilité d’un employé de banque, M. Léon-Marcel de Ro, accusé d’avoir détourné une somme de 16,000 francs au préjudice de ses patrons, MM. Junot frères, 92, rue Richelieu.

Il s’agit d’une femme Eléonore Vauthier, veuve Chartier, établie 62, me Tiquetonne.

D’ores et déjà, il apparaît, pertinemment – ainsi que nous l’avions supposé dès le premier instant – que l’imagination populaire et les commérages de quartier ont joué un certain rôle dans la formidable acusation portée contre elle.

L’affaire n’en reste pas moins très grave. Des témoignages accablants ont été recueillis contre l’avorteuse. D’autre part, elle a commencé à entrer dans la voie des aveux.

~ LES SURPRISES D’UNE PERQUISITION ~

Comme le Petit Parisien le disait hier, c’est grâce aux révélations de la maîtresse de M. de Ro que le magistrat fut mis sur la trace de ce scandale, auquel tant de gens, de divers mondes, semblent avoir été mélés.

Ayant la certitude que Léon de Ro était coupable, mais ne possédant contre lui que des commencements de preuve, M. Labat, après l’avoir consigné il. sa disposition se rendit, 33, rue de la Rochefoucauld où de Ro habitait chez sa mère et pratíqua une perquisition à cette adresse. Cette opération n’amena aucun résultat.

Le commiasaire allait remettre l’employé en liberté provisoire, lorsqu’il apprit qu’il avait une maltresse, Mlle Marie-Berthe Godtspigel, demeurant 11, boulevard du Temple, et chez laquelle il se rendait quotidiennemenk M. Labat se rendit chez cette femme. Là encore il ne découvrit rien, mais il recueillit, sur de Ro et sur son amie, des renseignements qui donnèrent, à son enquete, une tournure inattendue.

Mlle Godtspigel, racontait-on, avait été conduite, récemment, par son amant, chez une sage-femme, qui l’avait accouchée clan- destinement, après l’avoir fait avorter. Les dénonciateurs citaient des noms, de adresses, et se montraient des plus affirmatifs.

Le commissaire se rendit auprès de Mlle Godtspigel pour l’interroger.

~ LA JEUNE FEMME AVOUE ~

Pâle, tremblante de fièvre, la malheureux se reposait sur son lit. La visite du magistrat la remplit d’épouvante:

Je suis prête il parler, dit-elle. Je souffre trop. Le remords me torture depuis que je me suis livrée à cette abominable femme. Je sais combien j’ai été coupable, mais j’ai agi sans réfléchir, poussée par mon amant, que j’aime follement.

Epuisée par ce début, la malheureuse se tut un instant Puis, flévreusement, elle reprit son récit.

Mon histoire est celle d’un grand nombre d’ouvrières livrées a elles-mêmes par suite de leur condition sociale.

Il y a un an environ, je fis la connaissance de Léon de Ro. Il travaillait alors 11, rue Louis-le-Grand, chez un marchand de dentelles. Moi j’étais ouvrière chez une couturière de la rue du 4-Septembre. C’était un garçon aux belles manières, fort bien élevé, et assez bien de sa per sonne. Il me plut et je cédai a sas instances. Je confesse, tout de suite, qu’il n’était pas mon premier amant.

Il y a trois mois je m’aperçus que j’allais être mère.

-- Qu’alions-nous devenir, me dit-il en apprenant cette nouvelle. Nous ne pourrons pas élever ce bébé. Nos moyens ne nous le permet-traient pas. Il vaut mieux pour lui, comme pour nous, qu’il ne vienne pas au monde.

Il y a trois ans déjà, je m’étais trouvée dans la même position. A cette époque, la femme Chartier, dont j’avais fait la connaissanoe, m’avait assistée au cours d’un accouchement prématuré.

Pressée de me faire avorter par de Ro, je pensai d’autant plus elle que jadis elle m’avait tenu des propos qui me permettaient de supposer qu’elle se prêtait volontiers a certains pratiques. J’en parlai à mon ami. Il alla voir la femme Chartier, et elle accepta de me délivrer moyennant deux cents francs que de Ro lui versa aussitôt.

Le 10 décembre il me conduisit rue Tiqueatonne. Mme Chartier me fit subir son traitement et je fis une fausse couche.

L’enfant, une petite fille, fut transportée dans la salle à manger. La bonne, une fille B..., mit le petit corps dans la salamandre et le brûla.

Mlle Godtspigel ajouta:

J’ai appris, durant mon séjour dans cette maison, que de nombreuses femmes, peu souciennes de devenir mères avaient recours quotidiennement aux offices de cette faiseuse d’anges M. Labat, après avoir recueilli fes déclarations de Mlle Godtspigel, se transportata 62, rue Tiquetonne.

~ UNE VÉRITABLE “MORT AUX GOSSES” ~

L’ogresse était fort occupée, lorsque le magistrat, accompagné de deux inspecteurs de la sùreté, se présenta chez elle. Une dame la consultait dans son cabinet. Quatre autres attendaient leur tour dans un petit salon.

M. Labat commença par interroger les clientes.

La première, une jeune mariée, Mme de M…., demeurant rue de Bercy, lui apprit qu’elle venait pour recevoir des soins consécutifs à un avortement, opéré le 15 décembre dernier. Les quatre autres firent un récit identique.

Dans les différentes pièces de l’appartement, M. Labat saisit un grand nombre de
seringues et de sondes, des poudres suspectes, etc.

Il saisit enfin, la fameuse salamandre, qui servait à incinérer les foetus. Malheureusement le poêle avait été fraîchement vidé et récuré. Dans ces conditions, l’expertise, en ce qui le concerne, ne pourra guère fournir de résultats.

Tous ces objets furent transportés au commissariat de la rue d’Amboise.

Enfin le commissaire fit subir un premier interrogatoire à la sage-femme et à sa domestique, Marie B…

La femme Chartier commença par nier, mais elle dut bientôt reconnaître avoir provoqué l’accouchement prématuré de Mlle Godtspigel mais elle se défendit d’avoir commis d’autres avortements.

Quant à Marie B…., elle se monlre moins discrète, et reconnaît que, sur l’ordre de cette dernière, elle avait, en effet, incinéré, dans la salamandre, le fœtus de la couturière.

La femme Chartier et sa domestique feurent emmenées au commissariat de la rue d’Amboise, où se trouvait de Ro.

~ UNE CONFRONTATION ~

L’employé de banque ne s’attendait guère à cette confrontation. Il devint bleme et perdit tout sang-froid, à la vue de l’avorteuse. Aux questions de M. Labat, il répondit en sanglotant, puis sans chercher à dissimuler la vérité.

La femme Chartier ne put que balbutier quelques mots. Quant à Marie B..., elle compléta ses aveux:

Depuis un an que je suis entrée au service de Mme Chartier, dit-elle, j’ai assisté, mais sans y prendre part, à bien des avortements. Il n’y a pas eu que le petit de la couturière dans le poète. Bien d’autres fœtus ont été jetés dans la salamandre.

Mais j’ignorais qu’en agissant comme elle le faisait, ma patronne se rendait coupable. Elle nie répétait sans cesse que dans certains cas de grossesse elle devait délivrer la mère avant terme, pour la sauver d’une mort certaine. Quant aux enfants, si elle les brûlait, c’etait pour éviter des frais d’enterrement à ses clientes.

Depuis que je suis chez Mme Chartier, je l’ai vu opérer sur plus de cent femmes. Souvent, elle se rendait en ville et quelquefois en province. Elle se faisait verser par ses clientes des sommes variant entre 300 et 400 francs.

Marie B…. dont la bonne foi parait évidente, a été laissée en liberté provisoire. La femme Chartier et de Ro ont été envoyés au dépôt, sous l’inculpation d’avortement et de complicité.

Dans la soirée, M. Berr, juge d’instruction, a fait subir l’interrogatoire d’identité aux deux prévenus.

L’ogresse a choisi Mo Paul de Falloy pour la défendre Mo Jean Bracka a été désigné par M. de Ro.

Mlle Godlspigel a été invitée à se tenir à la disposition de la justice. Elle sera poursuivie, elle aussi, pour complicité d’avortement.

~ RUE TIQUETONNE ~

A cette adresse, non loin des Halles, presque à l’angle de la rue Etienne-Marcel, s’élève un vaste immeuble, qui comprend plusieurs corps de bâtiments, occupés par de gros négociants et des commissionnaires. C’est là, au quatrième étage, que la femme Chartier avait installé son cabinet de consultation. Elle avait loué un spacieux appartement. moyennant un loyer annuel de 3,500 francs, et l’avait fait aménager confortablement.

Depuis la mort de son mari, survenue en elle y vivait avec son frère, M. Vauthier, et son fils, actuellement soldat dans une garnison de l’Est.

Le cabinet de la sage-femme était des plus achalandés.

Elle faisait de la publicité dans les journaux spéciaux, et même distribuer, dans la rue, des prospectus dans lesquels elle s’engageait, moyennant un prix modique, à faire disparaître toutes les traces de grossesse – ce qui était suffisamment transparent pour les gens à qui elle voulait s’adreser.

Nous nous sommes présenté chez la faiseuse d’anges. C’est le fils de cette femme, actuellement en congé, qui nous a reçu.

Ma mère est originaire de Vendôme, nous a-t-il déclaré. E!le a beaucoup travaillé pour seiaire une situation et partout on la considère comme une bonne et honnête femme. Jamais ses amis ne pourront croire à sa culpabilité. Il faut voir dans les déclarations de Mlle Godtspigel des histoires fantastiques enfantées par un esprit malade.

~ CHEZ Mme DE RO ~

Léon Marcel de Ro, habitait, nous l’avons dit, chez sa mère, 33, rue de La-Rochefoucauld.

Mme de Ro, nous dit la concierge, demeure ici depuis plus de dix-huif ans. Elle occupe, avec son l’ils, un vaste appartement.

Originaire de Bruxelles, elle vint s’installer en France avec son mari, il y a plus de trente ans. M. de Ro, qui est mort il y a six ans. était fonde de pouvoirs d’une grande banque parisienne.

En 1900, Léon partit au régiment; il tut envoyé au de ligne, à Compiègne. Après le décès de son père, il bénéficia de la dispense accordée aux fils de veuve. Depuis cette époque, il essaya plusieurs métiers. Il écrivit dans des revues, lut employé de commerce et, enfin, entra, il y a six semaines environ, chez MM. Janot frères.

C’est un garçon bien élevé. Son seul défaut est ramour des courses et le jeu.

Terminons en disant que l’arrestation d’une autre sage-femme est imminente.

Contrairement aux premiers bruits, aucun médecin n’est mêlé, jusqu’à présent, à cette affaire.

[“La Faiseuse d’Anges de la rue Tiquetonne - Les Révélations de l’Enquête de M. le Commissaire Labat ont fait entrer, dans la Voie des Aveux, l’Avorteuse contre lequelle, d’autre part, des Témoignages accablants ont été recueillis.” Dec. 25, 1906, pp. 3-4]

***

***

***

For more cases of “Baby Farmers,” professional child care providers who murdered children see The Forgotten Serial Killers.

***
[11/15/18-1419]
***

No comments:

Post a Comment