Saturday, December 6, 2014

Sophie Gautié Bouyou, “Pins & Needles” Serial Killer of Her Own Children – France, 1875


Sophie Gautié Bouyou, 44 years old, Cahors, France, was executed January 4, 1876 by guillotine.

On June 22, 1875, her eldest son, M. Colomb, died of tuberculosis, and two hours later, the little Elisa, her daughter, died in turn in the arms of her grandmother. The autopsy showed that she had driven three needles (two darning, one knitting) in the body, and the knitting needle, broken in two, punctured the heart. Suspected of the murder of Elisa, it was realized that none of the [other?] seven children she has given birth to had lived past its first birthday. An autopsy of the youngest, which died on April 15 at the age of 38 days, uncovered four needles piercing the body.

Execution, Jan. 4, 1876: Leaves Cahors at 22 am on Monday along with the Constant chaplain and Father Roche. Before leaving, greets the guards and said, climbing into the car: “Moun Dieu, Dieu pourtan Moun, pourtan!” Requests along the 60 kilometers between Cahors Bourg. At Saint-Martin-de-Vers, request a glass of wine given to it. Arriving outside the village, the prosecutor of Figeac decreed a judgment of death and explains that she is going to be executed. “I knew it, sir. I resigned.” Does not want last statement: “I have nothing more to say. My silence does not undertake more my conscience, I keep everything to me.” The toilet is held in the house of the teacher, “You do not need to tie me, I do not want to save me.” Continues to pray, gave orders for his rosary in her hands, and a white veil on her head. Driving walk to the guillotine, mounted in front of her own house, she kissed the crucifix and proceeded without resistance, even pushing her fashionable head in the guillotine’s bezel. About 2,000 people were present.

[Source: “France 1871-1977; Heads which fall; Best of executions: 1871-1977”] http://guillotine.voila.net/Palmares1871_1977.html

*** 

Before her arrest, Sophie Gauthié tried to commit suicide by using the same method she used on her children. [Wikipedia]

***

FULL TEXT: Sept enfants tués avec des aiguilles. — Condamnation a mort. — La cour d’assises du Loi vient de juger une femme Bouyou et de la reconnaître coupable d’avoir fait périr successivement six de ses enfants et sa petite fille en leur enfonçant des aiguilles dans diverses parties du corps, mais toujours dans des directions mortelles. L’accusée avouait seulement les deux derniers crimes.

La femme Bouyou est âgé de quarante-quatre ans. On devine qu’elle a été jolie, et ceci explique son inconduite. Elle tenait une auberge à Bourg dans le Lot.

Voici l’effroyable récit de l’acte d’accusation:

Le 22 juin 1875, le sieur Louis Colomb, fils d’un premier lit de Sophie Gautié, femme Bouyou, mourut au bourg, atteint de phthisie pulmonaire; deux heures avant sa mort, et orsque son agonie était déjà commencée, son unique enfant, Sophie Elisa Colomb, âgée de neuf mois, succomba subitement entre les bras de Sophie Gautié, sa grand’mère. Cet événement impressionna vivement l’opinion publique; on connaissait en effet la perversité de Sophie Gautié, et on la crut capable d’avoir tué sa petite fille afin de chasser de la maison la femme Colomb, sa bru, qu’elle détestait, et de s’assurer une partie de l’héritage de son fils. Des propos tenus par l’accusée dans les derniers jours de la maladie de Louis Colomb autorisaient un pareil soupçon, et ces rumeurs prirent bientôt une telle consistance que l’autorité judiciaire dut faire exhumer le cadavre d’Elisa Colomb.

L’autopsie fit découvrir dans les organes abdominaux de l’enfant deux aiguilles à repriser la laine qui paraissaient y avoir séjourné quelque temps et la moitié d’une aiguille à tricoter plus récemment introduite dans les organes de la victime; l’autre moitié fut trouvée dans la région du cœur qu’elle avait perforé entraînant immédiatement la mort.

A la suite de ces constatations, Sophie Gautié, mise en présence du cadavre, Ht l’aveu complet de son crime. Elle reconnut que, dans le courant du mois de mai, elle avait une première fois fait pénétrer des aiguilles dans le corps de sa petite fille, qu’elle voulait voir mourir avant son père; les troubles occasionnés ne provoquèrent pas la mort aussi promptement qu’elle l’espérait, et le 22 juin, Louis Colomb étant près d’expirer, elle emporta l’enfant hors de la chambre de l’agonisant, comme pour la soigner et lui perfora le cœur; la petite Elisa poussa un cri plaintif et mourut.

Cet horrible forfait appela l’attention de la justice sur les antécédents de l’accusée; on apprit qu’elle avait été fortement soupçonnée, dix sept ans auparavant, d’avoir empoisonné le sieur Colomb, son premier mari; on sut, en outre, qu’elle avait eu dix enfants et sept d’entre eux n’avaient pas dépassé l’âge d’un an. Le dernier enfant, Marie Bouyou, était mort le 15 avril précédent, A l’âge de trente-huit jours. Le corps de cette petite fille fut recherché dans le cimetière d’Anglars où il était inhumé: l’autopsie fit découvrir, dans la région abdominale du cadavre, quatre aiguilles semblables à celles dont l’ingestion avait fait périr Elisa Colomb.

La mort de Marie Bouyou avait eu pour cause les désordres produits dans ses organes par l’introduction de ces corps étrangers; il était évident que cet autre crime, commis dans des circonstances identiques à celles du premier crime constaté, avait eu le même auteur. Sophie Gautié dut encore avouer qu’elle en était coupable; elle s’était ainsi déiobôeaux chargea d’une maternité tardive qui pouvait gêner sa vie de débauches.

Née le 7 mars 1875, Marie Bouyou avait été confiée le lendemain à une nourrice demeurant à Anglars; le jour de Pâques, 28 mars, cette femme porta l’enfant au Bourg pour la montrer à sa mère; celle ci garda sa fille un moment en l’absence de la nourrice; le soir, Marie Bouyou, venue très bien portante au Bourg, en repartait malade; ses souffrances durèrent trois jours, après lesquels l’état de l’enfant paraissait s’améliorer, lorsque, le 13 avril, sa mère se rendit à Anglars pour la voir; l’accusée prodigua des caresses à sa fille; mais la nourrice s’étant éloignée pendant quelques minutes, tréuva k son retour la petite Marie gémissant et en proie à la douleur; tous les soins furent inutiles pour lui rendre la santé; elle ne cessa de souffrir et expira le lendemain. Sophie Gautié, de son propre aveu, avait profité des moments où elle était restée seule avec sa fille pour lui enfoncer des aiguilles dans le corps.

Dès sa jeunesse, disent les témoins, cette femme, malgré Jes apparences d’une dévotion outrée,a eu des mœurs dissolues.

Quant à cinq autres crimes soupçonnés par la justice, l’accusation en fait une longue et effrayante description.

L’accusée nie énergiquement les crimes gui n’ont pu être établis. Elle avoue donc avoir enfoncé deux aiguillée à repriser et deux moitiés d’une aiguille à tricoter dans le corps de ces petites créatures.

D. — Quels motifs ont pu vous pousser à de tels crimes? R.— Lajalousie I J’avais surpris des relations coupables entre ma bru et mon mari. Ça me tourna la téte: je ne savais plus ce que j e faisais.

D. — Comment vous était venue l’idée infernale de tuer vos enfants en leur enfonçant des aiguilles dans le corps?

R. — Un jour, dans mon auberge, on s’entretenait de la manière de faire périr secrètement les petits enfants: on disait queles enfante ne souffraient pas, et que les aiguilles disparaissaient dans le corps.

Le rapport des médecins constate que lea enfants qui ont ainsi péri étaient très bien conformés et vigoureux. Les aiguilles avaient été introduites ee l’extérieur, et les Lésions internes répondaient aux ecchymosesextérieures. L’une d’elles avait perforé le ventricule droit du cœur, une autre avait causé un commencement de péritonite, une troisième et une quatrième avaient comme embroché le cœur.

Le jury ayant refusé des circonstances atté- nuantes, la femme Bouyou a été condamnée à la peine de mort.

Il paraît que, rentrée dans sa prison, elle a soupe gaiement et de bon appétit.

[“Sept enfant s tué s avec des aiguilles . — Condamnation a mort.” Le Republicain de la Loire et de la Houte-Loire (St. Etienne, France), Nov. 24, 1875, p. 3]

***


Pamphlet: Anonymous, Sept enfants tués à coups d'épingles par leur mère Sophie Gauthié, femme Bouyou, P. Polère, 1875, 8 pages

Broadside: Dominique Cartery, Complaintes sur la femme aux aiguilles [archive], Brive, Roche impr., [1875 ou 1876].

English language newspapers gave the name as “Sophie Gaultier.”

***
http://unknownmisandry.blogspot.com/2013/03/female-serial-killers-executed.html

More cases: Female Serial Killers Executed

***

For more cases of this type, see Serial Baby-Killer Moms.

***

No comments:

Post a Comment