Tuesday, September 29, 2015

Catherine Labalue (Carron), Serial Killer, Belgium, 1840


Catherine Labalue, of Liège, Belgium, poisoned two persons, and conspired to poison another,  to death between Autumn 1837 and Autumn 1839. Arsenic was her poison of choice. She poisoned her step-mother Lambertine Chapeau and her husband, Henri Carron, at Vaux in August 1837 and October 1838 respectively. Catharine convinced her paramour, Toussaint Marèchal, to do away with his wife, Marie Gauthier, in the same manner, at Liége in October 1839. Maréchal was found guilty for poisoning his wife. Labalue was found guilty for poisoning her mother and her husband. Both were sentenced to death.

***

Aug.  1837 – Lambertine Chapeau, veuve Carron, mother-in-law (belle mère) of Catherine Labalue, Vaux, Chevremont; died.
Oct. 1838 – Henri Carron, husband of Catherine Labalue – Vaux, Chevremont; died.
Arsenic.
Oct. 1839 – Marie Gauthier, wife of Toussaint Marèchal, Liége, died.
Jun. 17, 1840 – Labalue and Marèchal  arrested.
Nov. 20, 1840 – Catherine Labalue, Toussaint Marèchal found guilty in Liége and sentenced to death.

***

(1) (Toussaint-Marèchal C. min. pub.) — La cour; — Vu les art. 299 et 419 c. inst. crim.;—Attendu que l’arrêt attaqué renvoie le de Catherine Labalue devant la cour d’assises de Liège, comme premier d’avoir, en octobre 1839, à Liège, empoisonnê volantairement, à l’aide d’acide arsenieux, Marie Gauthier, son épouse, et d’avoir: 1° au mois d’août 1837, à Vaux, sous Chevremont, volontairement, à l’aide d’acide arsenieux, Lambertine Chapeau, veuve Carron, sa belle mère, 2° d’avoir en octobre 1838, en la même commune, empoisonné volontairement, & l’aide d’acide arsenieux, Henri Carron, son mari ;— Que cet arrêt ne fait aucune mèntion ni de complicité entre les accusés, ni de connexité entre les faits qui leur sont imputés, n’est virturellement, relativement, à ce cumul, qu’un arrêt de jonction dans la catégorie des arrêts de pure et contre lequel le recours en cassation n’est pas ouvert aux termes dé l’art. 416 c. inst. crim.; que si cette disposition inflige un grief au demandeur, ce grief n’est pas irréparable en définitif, puisque rien n’empêche qu’il n’obtienne la disjonction des affaires il le soutient, il n’existe aucune connexité entre elles; nouveau rapport, il ne peut y avoir ouverture à la voie de cassation ;— Attendu, au surplus, qu’il n’échet de se cassation contre les arrêts de renvoi à la cour d’assises, que spécifiés en l’art. 299 c. inst. crim., au nombre desquels la lacé le renvoi cumulativement fait par un seul arrêt de plus de faits distincts et séparés, et que, sous ce rapport envoi da demandeur n’est pas admissible;— Par ces motifs, recevable le pourvoi, etc.

Du 4 août 1840. C. C. de Belgique, ch. crim.-MM. de Sauvage, pr.—Peteau, rap.

[Désiré Dalloz, Répertoire méthodique et alphabétique de législation, de doctrine et de Jurisprudence, Tome Vingt Huitieme, Paris, Au Bureau De La Jurisprudence Générale, 1854, p. 283]

***

[“Tribunaux Etrangers; Cour Des Assises De Liege (Belgique). (Correpondence Particuliere.); Audiences des 18, 19 et 20 novembre. Double Empoissonnement. – Deux Condamnations A Mort.” Gazette Des Tribunaux (Paris, France), Nov. 25, 1840, p. “85” (p. 1)]

[Désiré Dalloz, Répertoire méthodique et alphabétique de législation, de doctrine et de Jurisprudence, Tome Vingt Huitième, Paris, Au Bureau De La Jurisprudence Générale, 1854, p. 283]

[Pasicrisie Belge: Recuil Général De La Jurisprudence Des Cours Et Tribunaux de Jurisprudence des Cours des France et Belgique …, Deuxieme Serie. – 1814-1849. Cours De Belgique. Bruxelles, Meline Cans et Compagnie.1853 pp. 449 ff.]

[Dr. René Charpentier, Les Empoisonneuses, Étude Psychologique Et Médico-Légale, G. Steinheil, Paris, 1906, p. 72 (identified by place but not by full name)]

***

***

***

No comments:

Post a Comment