Wednesday, May 1, 2019

Octavie Lecompte, Serial Killer – France, 1914


FULL TEXT (Translated from German): The jury in Paris yesterday sentenced the 85-year-old farmer’s wife Octavie Lecompte to death. She was convicted of her next relatives in three cases of poisoning. After poisoning her father and brother with cyanide, she also tried to get her sister-in-law out of the way. However, the incident was prematurely discovered by chance.

[“The Poison Murderer Lecompte Sentenced to Death.” Prague Tagblatt (Prague), 7 Mat 1914., p. 8]

***

FULL TEXT (Translated from French): Douai, May 4th. The Assize Court of the North, with a sentence of capital punishment, debates a case of poisoning, which takes on a character of particular gravity. May it be a woman who laughs to dispatching her father and her brother by pouring them drinks in which she had put a poison of a rare violence.

~ Two suspicious deaths ~

On January 14, Jean-Baptiste Lecompte, a sixty-year-old farmer on the Ràperie farm, which he was farming with his daughter Octavie, suddenly succumbed.

The neighbors seemed very surprised at this death, which nothing could predict, because the sexagenarian was in excellent health. Nevertheless, the doctor who was called thought he could attribute this death to a natural cause.

However, an event of the same kind, which this time moved justice, was taking place at the same farmhouse in La Ràperie.

On January 21, 1914 Jean-Baptiste Lecompte, known as “Jules”, aged thirty-three years, who had come after the death of his father, took direction of the farm, succumbed in turn after a short and terrible disease.

This time, the attending physician formally refused to issue the burial permit.

Public opinion already flatly accused Octavie Lecompte of poisoning her brother and her father.

First questioned by the gendarmerie this young woman made formal denials, but the information establishes almost immediately that both father and son Lecompte had both fallen suddenly and seriously ill, after drinking coffee prepared for them by Octavie.

The very symptoms of the disease (vomiting, cooling, etc.) suggested poisoning.

~ The confession of the guilt ~

It was discovered that a pharmacist of Maretz had delivered to the accused a veterinarian’s prescription, 300 grammes of arsenious acid. The poison had been obtained under the pretext of killing rats, thanks to a false letter signed by Wargniez, the name of an uncle of the accused, a letter that she had sent to the vet by a servant. Octavie Lecompte was forced to confess the truth.

She admitted to having poisoned her father and brother, but attributed the crime to a motivation other than the one who had guided her. She claimed to have wanted revenge for the brutality she was subjected to. But it will be seen, such were not the feelings that agitated her.

The autopsy of the two victims and the chemical expertise, moreover, made it possible to assert that her father and brother had been poisoned by ingestion of arsenious acid. Finally, the bottle containing the poison was found and found that it only got 75 grams of this substance while the pharmacist had delivered 300 grams.

The deceived woman says that she only has to exert herself once upon each of the victims of poisoned milk; but it appears from the statements of the witnesses, in particular from that of Alfred Lecompte, that on several occasions the patients took the hands of the accused of coffee and herbal tea, and that their condition worsened almost immediately.

Lecompte father and son were honest and hard-working farmers, who had the only fault, at the expense of Octavie Lecompte, of wanting to prevent him from indulging in his taste for expense, waste, and debauchery.

Deplorable information was collected about her: natural mother of two children, she was sentenced, on March 19, 1908, by the court of Saint-Quentin, for abandonment of an infant.

To satisfy, in spite of her parents, leaning for disorder and expense, she resorted to the most fraudulent means: purchase, credit of merchandise, counterfeit bills, letters falsely signed by the name of her uncles; she had even committed, to the detriment of her father, the theft of a sizeable sum and tried to blame her brother, which had caused him to leave his father’s home.

The daughter Lecompte was examined at the mental point of view by an expert physician who, in the report, concludes that the accused was not in a state of insanity at the time of the crimes, but that there is reason to to consider her responsibility as attenuated, because of certain psychological defects.

~ The accused before her judges ~

Octavie Lecompte is a banal peasant woman with an expressionless face. When, surrounded by gendarmes, she enters the courtroom, tries to hide her face and seems very troubled.

The Court President specifies, in detail, the accused’s past. The daughter of a hard-working farmer who, eighteen years ago, bought the Rasp farm at the age of seventeen had a child, and no one in the country had any idea that she had a relationship with a friend, so that we never knew who to attribute the paternity of the child.

The good harmony did not reign, not always in the paternal house. The accused’s father and brother were sometimes a little mean to him, but they had a good heart and did not care about Octavie Lecompte’s conduct.

The President then recalled under what circumstances Octavie Lecompte left the paternal home to position himself, how she committed a first swindle of 138 francs to the detriment of a cooperative. Larumeur public again accused him, a little later, of having stolen 1,300 francs of clothing from his employer, Mr. Evrard, at Liancourt.

  Oh! protests the accused.

Relations with a farmhand then compelled Octavie Lecompte to finish the farm at Evrard; She went to Petit-Fresnoy. The birth of a child frightened her and she was laying the newborn baby in a church in Saint-Quentin. This child abandonment earned him five hundred francs suspended fine.

Later, in 1910, five hundred francs were stolen from Father Lecompte.

Q. – You were the author of the robbery and you prepared a staging to accuse your brother?

A. –  It was not me, I swear.

We come to the crime. On the 11th of January, M. Lecompte dad went to Clary to pay some debts, but these are stronger than he suspected, and in the evening, on his return home, he makes just observations to his daughter.

President. – The scene was terrible and it is from this moment that you decided to get rid of your father.

The charged. – Ah! if I had known what I was doing, I would not have done so.

The relation of the circumstances in which the servant of the farm, furnished with a letter falsely signed by the name of an uncle of Octavie Lecompte, obtained from M. Laude, a veterinarian at Maretz, an order which enabled him to obtain 300 grammes of milk. Arsenic at M. Vilain, a pharmacist in Maretz, is causing a sensation. The accused merely approved and said that she did not understand what she was doing.

As early as the evening of January 12, Octavie Lecompte uses the poison she possesses and, at different times, serves milk or poisoned herbal tea to her father, who dies two days later. It was thought that he had succumbed to a crisis of uremia, but in the evening of his father’s funeral Octavia made compromising remarks about his brother. Jules returned to his place on the farm. “In eight days,” she said, “there will be another! “

The accused protests.

Two days later, the brother fell ill after taking a cup of coffee and succumbed to. his turn.

What is the motive for this double crime? Question mark to which the accused refrained from answering.

~ Octavie Lecompte is accused by her daughter ~

We go to the hearing of the witnesses; two depositions are to be kept: that of the uncle and that of the accused’s own daughter.

The first, Mr. Alfred Lecompte, owner at Clary, makes, with emotion, the story of the death of his poor brother. “This death seemed funny to me,” he said, and I asked the doctor if there had not been a little poisoning. The witness praised the deceased who was very hardworking and had an excellent heart.

The witness recalls the scams committed by the accused. This one, which since for a while, listening, hiding his face in his handkerchief, rose furiously.

- All these are lies! cries she.

Miss Zoé Lecompte, the daughter of the accused, is introduced; she tells that her mother administered coffee and herbal teas to his grandfather on several occasions, and the absorption of these liquids was always followed by vomiting.

The witness frankly states that his mother was constantly buying coffee and liqueurs, which she consumed with neighbors; then Zoé Lecompte praises her grandfather, who was always good to her, but she reproached her mother for being brutal to her: “She was beating me,” she said, and even tried to hit me with a knife several times. “

The girl repeats the threatening remarks made by her mother following the death of Father Lecompte: “In eight days, there will be one more. After that, we’ll be quiet, and Gaston Leroy will come! “

Gaston Leroy is the father of the second natural child of the accused.

Zoé Lecompte finally recalls under what circumstances his mother committed a burglary, in 1910, to the detriment of his father, and prepared a staging in order to make believe his brother’s guilt.

Octavie Lecompte admonished her daughter badly and badly.

The charged. – You lie, we got your head up.

The witness. – I tell the truth.

The other statements do not add any new element of appreciation.

~ Sentenced to death ~

After a merciless indictment, the defendant’s lawyer tried to move the jury. He could not do it: they reported an affirmative verdict on poisoning and parricide and dumb questions about her extenuating circumstances.

The court could only pronounce the death sentence. The decision is that Octavie Lecompte will be executed in a public square of Cambrai and that it will be conducted to the scaffold in a shirt barefoot and the head covered with a black veil.

[“Parricide and fratricide; Octavie Lecompte is sentenced to death,” Le Petit Parisien, (Paris, France), May 5, 1914, p. 1]

***

FULL TEXT: Douai, 4 mai. – La cour d’assises du Nord a dos par une condamnation a la peine capital les débats d’une affaire d’empoisonnement jui emprunte un caractère de gravité particuliere. Puis-qu’il s’agit d’une femme qui rit disparaitre son père et, son frère en leur versant des breuvages dans lesquels elle avait mis un poison d’une rare violence.

~ Deux décès suspects ~

Le 14 janvier, Jean-Baptiste Lecompte, âgé de soixante ans, cultivateur à la ferme de la Ràperie, qu’il exploitait avec sa fille Octavie succombait subitement

Les voisins parurent fort surpris de ca décès, que rien ne faisait prévoir, car le sexagénaire était en excellent état de santé. Néanmoins, le docteur appelé crut pouvoir attribuer cette mort à une cause naturelle.

Cependant, un événement du même genre, qui devait cette fois émouvoir la justice, se produisait à cette même ferme de la Ràperie.

Le 21 janvier 1914. Jean-Baptiste Lecompte, dit « Jules », agé de trente-trois ans, qui était venu, après le décès de son père, prendre la direction de la ferme, succombait à son tour après eue courte et terrible maladie.

Cette fois, le médecin traitant se refusa formellement à délivrer le permis d’inhumer.

L’opinion publique accusait déjà d’ailleu es d’une façon catégorique Octavie Lecompte d’avoir empoisonné et son frère et son père.

Interrogée d’abord par la gendarmerie cette jeune femme opposa des dénégations formelles, mais l’information établit presque aussitôt que Lecompte père et son fils étaient tombés tous deux subitement et gravement malades, après avoir absorbé du café au lait préparé à leur intention par Octavie Lecompte.

Les symptômes mêmes de la maladie (vomissements, refroidissement, etc.) faisaient supposer un empoisonnement.

~ Les aveux de la coupable ~

On découvrit que l’accusé s’était fait délivrer par un pharmacien de Maretz, sur ordonnance de vétérinaire, 300 grammes d’acide arsénieux. Le poison avait été obtenu sous le prétexte de tuer des rats, grâce à une fausse lettre signée Wargniez, nom d’un oncle de l’accusée, lettre que celle-ci avait fait porter au vétérinaire par un domestique. Octavie Lecompte se vit contrainte d’avouer la vérité.

Elle reconnut avoir empoisonné son père et son frère, mais attribua ce forfait à un mobile tout autre que celui-qui l’avait guidée. Elle prétendit avoir voulu se venger des brutalités dont elle était l’objet. Mais on le verra, tels n’étaient pas les sentiments qui l’agitaient.

L’autopsie des deux victimes et l’expertise chimique permettaient d’ailleurs d’affir- mer que Lecompte père et lils avaient été empoisonnés par l’ingestion d’acide arsénieux. On retrouva enfin le flacon ayant contenu le poison et l’en constata qu’il ne obtenait plus que 75 grammes de cette substance alors que le pharmacien en avait délivré 300 grammes.

L’abusée dit n’avoir effort qu’une fois á chacune des victimes d» calé au lait empoisonné; mais il résulte des déclarations des témoins, notamment de celle d’Alfred Lecompte, qu’à plusieurs reprises, les malades ont pris des mains de l’accusée du café et de la tisane, et que leur état empirait presque immédiatement.

Lecompte père et fils étaient des cultivateurs honnêtes et laborieux, qui avaient le seul tort, aux veux d’Octavie Lecompte, de vouloir l’empêcher de se livrer à ses gouts de dépense, ne gaspillage et de débauche.

Des renseignements déplorables ont été recueillis sur elle: mère naturelle de deux enfants, elle a été condamnée, le 19 mars 1908, par lé tribunal de Saint-Quentin, pour abandon d’enfant.

Pour satisfaire, malgré ses parents, se penchants pour le désordre et la dépense, elle avait recours aux moyens les plus frauduleux: achat, à crédit de marchandises, faux billets, lettres signées faussement du nom de ses oncles; elle avait même commis, au préjudice de son père, le vol d’une somme assez importante et essayé d’en rejeter la responsabilité sur son frère, ce qui avait déterminé celui-ci à quitter le domicile paternel.

La fille Lecompte a été examinée, au point de vde mental, par un médecin expert, qui, dans son rapport, conclut que l’accusée n’était pas en état de démence au moment des crimes, mais qu’il y a lieu de considérer sa responsabilité comme atténuée, en raison de certaines tares psychiques.

~ L’accusée devant ses juges ~

Octavie Lecompte est une paysanne banale, au visage sans expression. Quand, encadrée de gendarmes, elle entre dans la salle d’audience, die cherohe à dissimuler son visage et parait très troublée.

Le président précise, avec détail, le passé de l’accusée. Fille de cultivateurs laborieux qui achetaient, voici dix-huit ans, la ferme de la Râpe rie, à dix-sept ans die eut un enfant et personne dans le pays ne se doutait qu’elle entretenait des relations avec un ami, de sorte qu’on ne sut jamais à qui attribuer la paternité de l’enfant.

La bonne harmonie ne régnait, pas tou- jours dans la maison paternelle. Le père et le frère de l’inculpée se montraient parfois un peu vils à son égard, mais ils avaient bon coeur et ne tenaient pas rigueur à Octavie Lecompte de sa conduite.

Le président rappelle ensuite dans quelles circonstances Octavie Lecompte quitta la maison paternelle pour se placer, comment elle commit une première escroquerie de 138 francs au préjudice d’une coopérative. Larumeur publique l’accusa encore, un peu plus tard, d’avoir volé 1.300 francs de vêtements chez son patron, M. Evrard, à Liancourt.

  Oh! proteste l’accusée, ce n’était pas moi!

Des relations avec un domestique de ferme contraignirent alors Octavie Lecompte à fiir la ferme Evrard; elle alla se placer au Petit-Fresnoy. La naissance d’un enfant l’effraya et elle fut déposer le nouveau-né dans une église de Saint-Quentin. Cet abandon d’enfant lui valut cinq cents francs d’amende avec sursis.

Plus tard, en 1910, cinq cents francs sont volés au père Lecompte.

D. – Vous étiez l’auteur du vol et vous ayez préparé une mise en scène pour accuser votre frère?

R. – Ce n’était pas moi, je le jure.

On en arrive au crime. Le 11 janvier, M. Lecompte père va à Clary pour payer quelques dettes, mais celles-ci sont plus fortes qu’il ne le soupçonnait et, le soir, en rentrant chez lui, il fait de justes observations à sa fille.

Le président. – La scène fut terrible et c’est de ce moment que vous vous êtes décidée a vous débarrasser de votre père.

L’inculpée. – Ah! si j’avais su ce que que je faisais, je n’aurais pas agi ainsi.

La relation des ci rconstances dans lesquelles le domestique de la ferme, muni dune lettre signée faussement du nom d’un oncle d’Octavie Lecompte, obtint de M. Laude, vétérinaire à Maretz, une ordonnance qui lui permit d’obtenir 300 grammes d’arsenic chez M. Vilain, pharmacien à Maretz, fait sensation. L’accusée se contente d’approuver et de dire qu’elle ne comprenait pas ce qu’elle faisait.

Dès le soir du 12 janvier, Octavie Lecompte utilise le poison qu’elle possède et, à différentes reprises, sert du lait ou de la tisane empoisonnée à son père, qui meurt deux jours après. On crut qu’il avait succombé à une crise d’urémie, mais Octavie tint, le soir des obsèques de son père, des propos compromettants à l’égard de son frère. Jules revenu reprendre sa place a la ferme. « Dans huit jours, dit-elle, il y en aura un autre! »

L’accusée proteste.

Deux jours plus tard, le frère tombait malade après avoir pris une tasse de café et succombait à. son tour.

Quel est le mobile de ce double crime? Point d’interrogation auquel l’accusé se garda de répondre.

~ Octavie Lecompte est accusée par sa fille ~

On passe à l’audition des témoins; deux dépositions sont à retenir : celle de l’oncle et celle de la propre fille de l’accusée.

Le premier, M. Alfred Lecompte, propriétaire à Clary, fait, avec émotion, le récit de la mort de son pauvre frère. « Cette mort  me sembla drôle, dit-il, et je demandai au  médecin s’il n’y avait pas eu un peu d’empoisonnement. » Le témoin fait un grand  éloge du défunt qui était très travailleur et avait un excellent coeur.

Le témoin rappelle les escroqueries commises par l’accusée. Celle-ci qui, depuis
quelque temps, écoutait en cachant son visage dans son mouchoir, se dresse furieuse.

- Tout cela ce sont des mensonges! s’écrie-t-elle.

On introduit alors Mlle Zoé Lecompte, la fille de l’accusée ; elle raconte que sa mère
administra, à diverses reprises, du café et des tisanes à son grand-père, et toujours l’absorption de ces liquidée fut suivie de vomissements.

Le témoin déclare franchement que sa mère achetait sans cesse au café et des
liqueurs, qu’elle consommait avec des voisines; puis Zoé Lecompte fait l’éloge de son
grand-père, qui fut toujours bon pour elle, mais elle reproche à sa mère d’avoir été brutale à son égard: « Elle me battait, dit-elle, et voulut même plusieurs fois me frapper avec un couteau. »

La jeune fille répète les propos menaçants tenus par sa mère a la suite de la mort du père Lecompte: « Dans huit jours, il y en aura encore un. Après cela, nous serons tranquilles, et Gaston Leroy viendra ! »

Gaston Leroy est ie père du deuxième enfant naturel de l’accusée.

Zoé Lecompte rappelle enfin dans quelles circonstances sa mère commit un vol avec  effraction, en 1910, au préjudice de son père, et prépara une mise en scène dans le but de faire croire à la culpabilité de son frère.

Octavie Lecompte admoneste vertement et avec méchanceté sa fille.

L’inculpée. - Tu mens, on t’a monté la tête.

Le témoin. - Je dis la vérité.

Les autres dépositions n’apportent aucun élément nouveau d’appréciation.

~ Condamnée à mort ~

Après un réquisitoire impitoyable, l’avocat de l’accusée a essayé d’émouvoir les jurés: il n’a pu y parvenir: ils ont rapporté un verdict affirmatif sur les questions d’empoisonnement et de parricide et muet sur ses circonstances atténuantes.

La cour ne pouvait que prononcer la peine capitale. L’arrêt porte qu’Octavie Lecompte sera exécutée sur une place publique de Cambrai et qu’elle sera conduite à l’échafaud en chemise nu-pieds et la tête recouverte du voile noir des parricides.

[“Parricide et fratricide la femme Octavie Lecompte est condamnée à mort,” Le Petit Parisien, (Paris, France), May 5, 1914, p. 1]

***

FULL TEXT: Das Geschworenengerichtin Paris verurteilte gestern die 85jährige Bäuerin Octavie Lecompte zum Tode. Sie war in drei Fällen des Giftmordes an ihren nächsten Verwandten überführt. Nachdem sie bereits ihren Vater und Bruder mit Zyankali vergiftethatte,versuchte sie, auch ihre Schwägerin aus dem Wege zu schaffen. Die Tat wurde jedoch durch einen Zufall vorzeitig entdeckt.

[“Die Giftmörderin Lecompte zum Tode verurteilt.” Prager Tagblatt (Prague), 7 Mat 1914., p. 8]

***

***

No comments:

Post a Comment